Bianca

Bianca

Bianca Holst

Sophie est une femme heureuse.

Au début des années quatre-vingt dix, Sophie a épousé Philippe, un garçon fort bien de sa personne.

Timide, ne sachant pas trop comment déclarer sa flamme, elle avait laissé un message sur le minitel 3615 Europe 2 en espérant qu’il serait lu à l’antenne. Le soir même, une sublime voix féminine – elle ne se souvient plus de son nom – avait prononcé les mots d’amour qu’elle avait écrits et réécrits tant de fois. La voix dans la radio était si douce que Philippe en avait été ému aux larmes.

Leur destin fut scellé ce soir-là. C’était il y a bien longtemps.

http://www.denisflorent.fr/media/bianca1.1292465848.mp3

Ni Sophie, ni Philippe, ni Audrey ni Kevin – les deux petits blondinets issus de cette union – ne sauront jamais que juste avant Noël, ce mercredi matin, Bianca, cette voix restée anonyme, est partie rejoindre les anges. Ils ne le sauront jamais parce qu’ils sont de l’autre côté du rideau imaginaire de la radio : ce sont des auditeurs, ces entités un peu floues mais peut-être un peu sacrées…

Bianca eut une vie de radio. Son métier fut radio. Ses amours furent radio. Ses rêves furent radio. Et ses larmes aussi.

On te racontera souvent sa voix, cet instrument si impeccable dont elle était devenue virtuose… mais ce soir, je ne vois que son sourire. Alors que d’aucuns font la gueule à chaque instant, Bianca souriait, souriait, et souriait encore.

Le 24 novembre, nous avons passé une heure au téléphone. Ce qu’elle racontait ne prêtait justement pas à sourire, et pourtant, il y avait dans son ton ce je ne sais quoi de Marie-Antoinette qui demande pardon à Sanson de lui avoir marché sur le pied : une élégance qui n’abandonne jamais.

Zola n’est plus là pour raconter cette vie abîmée dès le commencement. Rimbaud manque, qui aurait pu écrire les déchirements de son coeur. Sartre a disparu, qui aurait vu dans cette vie tragique la démonstration que parfois, l’enfer, c’est bien les autres. Il manque des talents pour raconter cette femme blessée, handicapée de sa beauté qu’elle ne parvint jamais à annihiler.

Bianca était de romans. De ceux qu’on écrivait au XIXème siècle. Il y avait des larmes, du sang, et des espoirs perdus.

http://www.denisflorent.fr/media/bianca2.1292465903.mp3

Jamais Sophie ni Philippe ni aucun auditeur n’entendront les sanglots de l’animatrice, entre deux messages d’amour lus à l’antenne. Jamais personne n’imaginera les indicibles souffrances, les douleurs. Personne n’entendra jamais ça, puisque notre métier, c’est de chanter tra-la-la.

Aujourd’hui, j’ai reçu beaucoup d’appels. Le plus touchant est venu de Murielle, heurtée, qui voulait simplement dire « J’ai mal…. et je t’aime ».

Elle a raison, Murielle : il faut dire « Je t’aime ».
Maintenant.

Et d’ailleurs, si tu n’aimes pas les gens, s’il te plaît, ne fais pas de radio.

Bianca Holst

Share this Story
  • Faut-il cacher son intelligence pour faire carrière en radio ?

    Dans "Balzac et la petite tailleuse chinoise", un musicien qui joue quelques notes de Mozart sur un violon se trouve obligé, pour ne pas être inquiété, d'expliquer au gardien du camp que "Mozart a composé ça en honneur du Président Mao". Est-il nécessaire de cacher son intelligence et sa culture auprès de son patron pour faire carrière en radio ?
  • Small is beautiful

    « Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
    Et les mots pour le dire arrivent aisément. »
    - Nicolas Boileau, 1674
  • Ils disaient que le web tuerait la radio… et finalement c’est la TV qui saigne.

    Vous vous souvenez du bon vieux temps ? Ces présentations du Radio Advertising Bureau qui vantaient la radio ? Vous souvenez-vous de ce que NOUS disions à propos des "avantages de la radio" ?
  • Ces animateurs radio qui se réinventent sur le web

    Outre-Atlantique, des animateurs radio quittent l'AM/FM et reprennent leur show sur le web... avec un gros succès populaire inattendu à la clef !
    Valerie Geller analyse la tendance.
  • Clear Channel ouvre l’API de iHeartRadio

    Le titre de cet article vous paraît peut-être écrit en langue Klingon, mais il cache une réalité qui concerne toute l'industrie : Clear Channel est calmement en train de réinventer notre industrie, pendant que d'autres "réfléchissent".
  • Responsabilité éditoriale de l’antenne, management des impondérables, gestion du buzz

    En économie comme en géopolitique, le rétroviseur est une source intarissable de leçons applicables au présent. Et s'il en était de même en radio ?
Load More Related Articles
  • Henri-Paul Roy a fait Pomme-Q

    J'imagine d'ici la tête de saint Pierre quand il va entendre qu'il faut "urgemment revoir les méthodes statistiques du Paradis".
  • Hanouna, ou l’anthropophagie audiovisuelle

    La télé française vient d'entamer une vrille très serrée. Il va falloir de sacrés acrobates pour l'en sortir.
  • La maladie d’Europe 1 est celle des post-modernes

    On savait que la vague Médiamétrie publiée aujourd'hui serait saignante pour la rue François Ier. On ignorait qu'elle serait insultante.
  • Vivre en dictature

    Pourquoi l'industrie radio en France accepte-t-elle les coups de bâtons étatiques sans broncher ?
  • Radionomy : jamais plus jamais

    J'ai rêvé qu'une plateforme francophone, européenne, fournissait un service fiable. Bonjour le cauchemar. Bonjour le réveil.
  • Le Guillongate, un scandale bienvenu ?

    Au coeur de ce Radiogate se trouve la question récurrente de la méthodologie de mesure d'audience radio pratiquée par Médiamétrie.
Load More By Denis Florent
Load More In Éditos

Facebook Comments

16 Comments


  1. Verbeke

    16 décembre 2010 at 8 h 39 min

    Denis,
    Je ne connaissais que la voix, j’ignorais son nom, tu viens de lui donner vie au moment où elle part… C’est très beau et émouvant. Merci.
    Margaret

  2. […] Bianca – Denis Florent – Blog LeMonde.fr france.blog.lemonde.fr/2010/12/15/bianca/ – view page – cached Au début des années quatre-vingt dix, Sophie a épousé Philippe, un garçon fort bien de sa personne. […]

  3. Benedicte Bezard-Falgas

    16 décembre 2010 at 14 h 44 min

    Bianca etait Catherine, une petite fille si jolie, une adolescente ravissante, une jeune femme troublante. Elle avait des reves merveilleux, des amours impossibles.
    Je me souviens de fous rires lorsqu’elle travaillait sa voix, nous avions 16 ans, elle avait decide de faire de la radio, et elle l’a fait. Oui, elle avait cette voix sublime !
    Merci de lui rendre hommage, de l’aimer.
    Sa souffrance etait immense.
    Les « chicas » (groupe d’amies d’enfance) l’aiment toujours et encore.
    Merci Denis pour ces photos magnifiques.

  4. Moreau

    16 décembre 2010 at 15 h 03 min

    Je l’ai croisé plusieurs fois dans le studio où je travaillais, elle dégageait beaucoup de souffrances et en même temps beaucoup de douceurs.
    Sa disparition me touche beaucoup.

  5. Nicolas Rey

    16 décembre 2010 at 23 h 56 min

    Merci pour cet hommage à Bianca.
    Nicolas

  6. Xavier DAUVIN

    17 décembre 2010 at 0 h 33 min

    Denis,
    Le hasard a voulu que je « tombe » sur ce très bel hommage à une voix inconnue, forcément inconnue. Merci.

  7. Florence FONTAN

    17 décembre 2010 at 10 h 16 min

    Catherine, écolière, était malicieuse et gentille avec déjà une douce autorité.
    A chacune de nos trop rares retrouvailles, elle était la même…mais aussi déterminée et courageuse.
    Quel prix à payer pour réaliser ses rêves ! Que de combats elle a du pourtant affronter!
    Aujourd’hui je sais qu’elle est en paix et veille sur ses enfants.
    Je pense à eux et à sa famille.
    Je garde d’elle non pas sa voix mais son sourire si rieur.

  8. SYLVIE AZEMA

    17 décembre 2010 at 10 h 20 min

    Elle était ma vie, elle était mon amie, depuis l’âge de 3 ans…
    Nous avons presque tout vécu ensemble…
    Ces dernières années furent plus complexes et plus douloureuses mais nous nous sommes encore et encore parlées, même ce soir du 2 décembre…Comment pouvais je imaginer que ce seraient ses derniers mots…
    Tu me manques et je t’aime pour toujours ma Cath….Comme je te l’ai écrit il y a encore peu de temps…Que les anges t’apportent le bonheur dont les êtres n’ont su te combler…

  9. Ed

    17 décembre 2010 at 23 h 30 min

    Des mots…si vrai…
    ma bianquette, j’ai tout fait pour te sauver. Je te le promets. Même si ton départ sonne comme un échec…et laisse ce gout si amer. J’aime me rappeler tes conneries. parce que c’est ainsi que tu aimerais que je sois.que j’avance. Et puis….tu peux être fière. De ce que tu étais…et de ce que tu seras toujours à mes yeux. Tu m’a changé. A jamais. Pour toujours. On partageait nos amis…nos amours…nos emmerdes. Je sais que tu es là. Tout près. Si loin. Crois moi, je me battrais. Coute que coute. Et la force que tu me connaissais est là, toujours en moi…avec aujourd’hui un peu de toi dans tout ça…

  10. VILLETTE

    18 décembre 2010 at 15 h 44 min

    je suis trés touché par sa disparition, je l’avais recruté sur MFM

  11. Jean Paul MICHEL

    19 décembre 2010 at 8 h 25 min

    Sur Europe 2 l »emission des « chansons d’amour » a eu 2 voix, Sylvie et Bianca.
    Elle a marqué de son inoubliable talent cette émission mais aussi toute l’antenne.
    Je me souviens d’Elle comme d’une fille intensément gaie et souriante.
    J’ignorais les blessures de sa vie.
    Je me réjouis de savoir que Marc, Serge et Bernard l’ont déjà accueillie et lui ont fait une place à leurs coté.
    Nous pensons tous à toi Bianca.
    Jean Paul MICHEL

  12. de Nercy Beatrix

    23 décembre 2010 at 16 h 48 min

    Les aléas de la vie nous ont éloigné mais je ne t avais pas oublié et je ne t oublierai jamais………

  13. Ludovic Lejeune

    31 janvier 2011 at 10 h 45 min

    Bianca était une déesse. Bianca était une émouvante et séduisante voix qui vous envoutait. Bianca était une merveille de la FM.
    Bianca faisait partie des animateurs(trices) qui m’ont apporté tant d’émotions en écoutant Europe 2.
    Un jour, j’ai eu la chance de rencontrer Bianca dans tous ses ébats techniques dans la cabine antenne sombre (au bout du couloir) des (anciens) studios Europe 2. Ce petit bout de femme nommé Bianca m’a donner l’envie de persévérer et de m’accrocher… Merci Bianca.

  14. Claude Reouven Suissa

    29 juin 2011 at 14 h 04 min

    je suis voisin, de temps en temps elle s’arretait fumer une cigarette dans ma boutique, nous parlions de chose et d’autre ,je viens d’apprendre son depart de ce monde, je pensais qu’elle avait demanagé, je suis profondement desole,et souhaite beaucoup de courage a ses 3 enfants et a sa famille

  15. Jean Beghin

    19 juillet 2011 at 11 h 28 min

    Je ne savais pas. Je connaissais peu Bianca, mais je n’ignore rien de sa voix, intacte.
    Merci denis.

  16. Canelle.

    11 janvier 2012 at 21 h 03 min

    C’était ma mère… Et je vous promet que de voir ça… ça me fait tellement chaud au cÅ“ur, voir tous vos commentaire. Je me rends compte qu’elle n’était pas que ce qu’elle montrait la dernière fois que je l’avais vu… Mais avec tout ça, ce qu’elle a pu faire s’en va… et ne reste plus que ça magnifique voix… je suis heureuse d’en avoir hérité. Florent, je veux bien user de ma plume rien que pour elle… rien que pour lui rendre hommage… Je veux juste qu’elle voit ce que je suis à présent et qu’elle soit fière… Fière de nous tous. Un an. C’est dur. Mais elle est là. Dans nos cÅ“urs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

Henri-Paul Roy a fait Pomme-Q

J'imagine d'ici la tête de saint Pierre quand il va entendre qu'il faut "urgemment revoir les méthodes statistiques du Paradis".

Facebook

Twitter @denisflorent