Éditos

Les plaisirs goûtus

Les quelques clients qui restent – les derniers, collés aux fauteuils par les ans – sont de vrais fidèles. Ils ne jurent que par votre table, votre blanchisserie ou l’odeur de votre cire. En radio, on les appelle des Talibans. Des fidèles parmi les fidèles. Les Der des Der.

Ce qu’ils aiment surtout, ce sont vos défauts. Ils aiment par dessus tout ce qui fait que le reste du monde vous ignore.

Il y en a partout. Dans les associations de boulistes comme dans les petits partis politiques. Et il y en a des kilos autour des radios qui n’ont pas d’audience. Une radio qui ne marche pas est aux auditeurs-hyper-fans-inconditionnels ce qu’est un gros étron pour des mouches : une jouissance.

Or, ces auditeurs sont très précieux. Lorsque vous reformatez, lorsque vous changez les volets, virez le cuisinier ou décidez de fabriquer des ampoules électriques, les Talibans sont FU-RIEUX. Et ils vous le font savoir par tous les moyens possibles. Courriers, emails, messages sur votre mur Facebook, etc.

C’est ainsi que votre sourire commence à envahir peu à peu votre visage… pour devenir une franche banane… et se transformer en ouverture de Champagne quelques mois plus tard.

Car c’est une équation imparable : lorsque les fans d’un produit qui ne marche pas commencent à s’énerver, c’est que votre offre est en train de bifurquer dans le bon sens !
Ils adoraient un produit qui ne marchait pas… ils vont détester la version qui fonctionne !

En 2008, en Europe de l’Est, lorsque nous avons changé la musique d’une CHR qui perdait continuellement de l’audience depuis 4 ans, j’ai lu dans la presse que mon équipe était en train de « casser la radio ». En 6 mois nous sommes devenus numéro 1. Et le sommes toujours.

En 2002, en France, les auditeurs d’une radio périphérique fraichement déménagée à Paris nous noient sous un déluge de courrier parce que nous changeons leur hochet préféré. Depuis, de vague Médiamétrie en vague Médiamétrie, RMC ne fait que monter.

En 2000, en France, un directeur de réseau musical s’entend dire qu’il « casse l’antenne » parce qu’il ose diffuser un single d’un drôle de groupe qui faisait une musique bizarre « pas bonne pour la radio ». Le groupe s’appelait Coldplay.

Je ne dis pas ici que tous les reformatages sont des succès (Virgin-by-Lagardere est un fameux contre exemple), mais je dis avec délectation que lorsque les fidèles d’un produit sans succès s’offusquent qu’il se passe quelque chose… c’est bien qu’ENFIN, quelqu’un, quelque part, prend des décisions qui ne peuvent pas « mener à pire ».

A chaque fois que j’entends les cris des Talibans des radios sans succès, je sais que nous sommes sur la voie.

A chaque fois que je lis les courriers énervés, les posts hautains et les « je ne vous écouterai plus jamais », je sais qu’on tient quelque chose, qu’il suffit de continuer pour que le succès soit au bout du chemin, là, pas très loin devant nous.

A chaque fois qu’un névrosé de l’échec vous quitte, vous savez que vous êtes en train de gagner.

Et gagner, c’est un plaisir multiple.

C’est un plaisir collectif, parce qu’on ne peut gagner qu’en équipe.
C’est un plaisir légitime, parce qu’il résulte de l’effort.
C’est un plaisir durable, parce qu’une fois qu’on a la recette et l’équipe… on est imbattable !

Gagner, c’est un plaisir goûtu.

Share this Story
  • Václav Havel et Evropa 2, quelques bribes de souvenirs

    Michel Fleischmann, Président de Lagardère Active en République Tchèque, nous offre ce vibrant hommage à Václav Havel. Une précieuse collection de souvenirs. Et de la radio.
  • Les plaisirs goûtus

    Imaginez que vous veniez d'acheter un restaurant qui périclite. Ou d'hériter de la blanchisserie familiale en perte de vitesse. Ou d'être nommé à la tête d'une usine de cierges et bougies.
  • La maison Europe, Plus si affinités

    Il y a exactement vingt ans, je partais pour Moscou afin de réaliser un programme radio de quelques heures célébrant "La Maison Commune Europe", sur cette fréquence qui allait devenir Europa Plus.
  • Radio Alzheimer

    Où l'on découvre pourquoi Jérôme Bellay devrait épouser mon ex-femme.
  • Des illusions

    De l'impossibilité du réel.
  • Europe 2 / Marc Garcia

    When you hear this sound, that means 'Turn the page'.
Load More Related Articles
Load More By Denis Florent
Load More In Éditos

Facebook Comments

One Comment


  1. Stéphane

    26 octobre 2011 at 16 h 38 min

    J’en connais un qui à hérité d’une usine de papier à cigarettes et qui s’est vite retrouvé nouvel empereur des médias ?
    OCB vous dites ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

Europe 1, les pierres qui hurlent

La concomitance de l’écroulement de la maison Europe 1 et de son déménagement écrit une dramaturgie inédite.

Facebook

Twitter @denisflorent