Radio
Radionomy : jamais plus jamais

Radionomy : jamais plus jamais

Il y a quelques mois, un site web d’information au fort trafic décide de créer une « radio ». Entendez un fil musical de chansons françaises. On me confie le projet, ça m’amuse. Je fais le tour des opérateurs et me décide pour Radionomy. Pourquoi pas, après tout ? Ça fait longtemps que cette plateforme existe, et l’on peut imaginer une certaine fiabilité acquise avec le temps. Or, ce fut finalement une expérience catastrophique.

Il y a pas mal de points positifs chez Radionomy qui font que tu as envie de leur confier ton projet : ils gèrent pour toi les droits musicaux ; ils mettent à ta disposition un – petit – catalogue de titres musicaux de divers genres ; le scheduler ressemble à ce que tu connais en radio : des clocks, des séparations, etc. Bref, tu y vas en confiance.

C’est ainsi que nous avons passé des semaines à chercher des titres improbables en fouillant dans tout le catalogue Qobuz. Fun. Nous découvrons de véritables pépites, sortons des titres poussiéreux charmants, commençons à « sentir » le catalogue, les catégories, les rotations. Amusant, décidément.

Nous testons un peu quelques jours de rotations.
Le client est ravi.

Il prévoit un lancement en septembre, il met un bon budget promo, travaille un logo, achète un nom de domaine, prépare une stratégie de comm’.

Et puis, un beau matin, nous recevons un mail de Radionomy nous disant que pour je ne sais quelle raison bidon, TOUT EST EFFACÉ !!!!!!!

radionomy-bullshit

Des semaines et des semaines de travail.
Il n’y a PLUS RIEN.
Plus d’audio.
Plus de clocks.
PLUS RIEN.

J’ai évidemment écrit au « support ». Personne ne m’a jamais répondu.
J’ai évidemment twitté mon désarrois. Personne ne m’a jamais répondu.

J’ai rêvé.
J’ai rêvé qu’une plateforme francophone, européenne, fournissait un service fiable.
J’ai rêvé qu’on pouvait y confier des projets sérieux, professionnels.
J’ai rêvé qu’on pouvait lui faire confiance.

Bonjour le cauchemar.
Bonjour le réveil.

Radionomy : plus JAMAIS ça.

Share this Story

Facebook